Répondre au commentaire

Le rap, symbole d’une société misogyne et homophobe ?

 

 

A l’heure où le débat sur le mariage pour tous fait rage, et où les libertés des femmes sont devenues une des bases de la République, le rap, qui occupe  une place toujours plus importante dans l’industrie musicale, élabore des discours qui semblent contredire l’évolution de notre société.

En effet, nous pouvons voir, tout d’abord, que de plus en plus de textes de rap contiennent des propos misogynes. Le rappeur Booba a ainsi récemment sorti un album qui est un feu d’artifice d’insultes envers les femmes, comme les précédents. Et ce, bien qu’il dise aimer et respecter les femmes … Etonnant, lorsqu’on voit certaines paroles de son album, telles celles-ci, dans l’album Lunatic : « Ferme un peu ta gueule, va me faire un steak frite, tu m'as fait mal au crâne je suis à deux doigts de te court-circuite ». Le rappeur est connu pour ce genre de phrases d’un machisme avéré et inquiétant.

Toutefois, il est vrai que les rappeurs ont souvent un double discours, et que quand ils écrivent dans leurs textes des phrases comme celles-ci : « J’veux une meuf vierge comme le casier judiciaire à mon p’tit frère. Mais c’est aussi rare que de trouver un sourire sincère dans un cimetière. » (Niro, dans son album Paraplégique), ils le justifient d’abord par le caractère « commercial » de leur art, qui ne correspond pas nécessairement à leurs propres visions et opinions.  La Fouine, un rappeur originaire de Trappes, et se prénommant Laouni, a d’ailleurs divisé son dernier album Laouni VS La Fouine, en deux disques. Le premier, contenant des chansons commerciales « égotripées », bourrées de clichés victimaires et d’attitudes « pseudo-gangsta » —  et donc de propos misogynes et homophobes —,  et relevant du seul La Fouine . Et le second, constitué de chansons beaucoup plus sensibles et douces, et totalement dépourvu de propos insultants, exprimant davantage son vrai moi — celui de Laouni. Alors … insulter les femmes, pour un rappeur, ne serait qu’un délire à prendre au second degré ?  Il semblerait bien.

Par ailleurs, outre des propos misogynes très fréquents, on relève, dans l’univers du rap, nombre d’insultes comportant des aspects homophobes. Cependant, il convient de préciser que celles-ci n’ont pas pour objectif d’inciter à l’homophobie : elles sont davantage, en fait, un reflet de la culture des milieux dont sont généralement issus les rappeurs, et de la religion, qui y occupe une place importante. Car le rap est essentiellement une façon de voir son propre vécu et de le raconter, ainsi que de le communiquer.

De fait, les textes du rap n’ont pas la prétention de représenter la société toute entière. Ils  sont d’abord l’expression d’une jeunesse partagée entre plusieurs problèmes, et qui, pour faire face à certain manque de reconnaissance de la société, a besoin parfois de s’appuyer sur les valeurs traditionnelles de son milieu.

Pauline Linard-Cazanave

Répondre

CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
2 + 5 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.